21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:42

 

Toutes les personnes qui étaient présentes dans la salle le

regardaient. C'était Benoît de Montbard, connu pour être le protecteur du roi. Il vivait dans le château de Clermont qui appartenait au roi.

               Un jour, ce chevalier se promenait dans la cour du château quand il entendit une conversation. C'était le seigneur Bertrand de la Russel qui parlait avec des mots suspects à une femme. Benoît de Montbard entendit certains mots comme : "poison, roi, mort". Il entendit aussi plusieurs autres mots et comprit alors que le seigneur voulait  empoisonner le roi pendant la fête du château de Clairefontaine. Il comprit aussi que les complices du seigneur étaient déjà à la fête.

              Le chevalier devait faire vite. Il prépara donc son équipement (épée, heaume, armure, bouclier, cheval) et prit, comme compagnon, un écuyer nommé Robert Du Lac. C'est alors qu'ils quittèrent le  château et traversèrent une forêt. Dans la forêt, une troupe de  brigands leur fit une embuscade : le cheval de Benoît mourut à cause d'une flèche tandis que les deux héros Benoît et Robert massacrèrent tous les brigands. Puis, ils traversèrent un lac et virent un aubergiste. Robert du Lac demanda à l'aubergiste un peu de nourriture. C'est à ce moment là que le compagnon de Benoît de Montbard se fit  poignarder. Là, sans réfléchir, Benoît vengea son compagnon en massacrant et en égorgeant avec une rage incroyable l'aubergiste.

Enfin, il continua sa route et arriva au château de Clairefontaine. Là, il prévint la roi et attrapa le seigneur et ses complices. Le roi annonça alors que son successeur au trône serait Benoît de Montbard !

 

Récit de chevalerie de Sabri 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:37

 

Un matin, Audibert de Courtepaille, aussi nommé Taille de Fer, alla au château de la Guillou car il avait été fait appeler ehn sa qualité de chevalier auprès du roi Gonzague de Boutefeu. Il devait combattre pour aider le roi. Ce chevalier était athlétique et toutes les filles tombaient éperdument amoureuses de lui. Il était également intelligent et posé. Mais, il avait un défaut, il avait un caractère très particulier: il était colérique!


Il fut accueilli au château de la Guillou par les serviteurs du seigneur et rentra dans la salle de fête: banquets, musiciens, troubadours étaient présents. Les réjouissances furent interrompues par l'arrivée d’un messager intime qui lui dit discrètement à l’oreille que la reine Diane de Mortelune avait été enlevée! Le roi, affolé, donna un équipement à Audibert: un heaume, un haubert, un écu, une épée et un destrier.


               Il était avec son compagnon de route, le chevalier Eudes Haute Roche surnommé le Bel, qui était moyen de taille, avait les yeux verts, était aussi fort qu'Audibert et avait pour sa part comme défaut la peur du feu. Dès qu’il voyait une flamme, il prenait effectivement ses jambes à son cou!

Ils étaient en train de discuter en route sur leurs fidèles destriers quand ils arrivèrent devant une grotte. Ils y entrèrent et découvrirent des flammes mais, rappelez-vous, Eudes avait peur des flammes. Donc, Audibert, essaya de convaincre Eudes de....quand, tout à coup, un dragon s’approcha vers eux. Il leur lança des flammes et les deux garçons sortirent leurs boucliers. Les flammes ne les atteignirent pas. Ils prirent leurs épées et ils tournèrent autour du dragon au galop. C’était une bonne stratégie car, juste après cela, Audibert lança son épée dans l’aile du dragon et Eudes fit de même. Le dragon mourut alors que ses deux yeux saignaient à pleines gouttes.


               Tristan et Eudes avaient tellement soif qu’ils s’arrêtèrent devant une petite rivière et burent... un instant seulement car le sol tremblait. Un géant sortit de l’eau. Les deux chevaliers furent très surpris. Mais ils n’avaient pas peur. Ils descendirent de leurs destriers. Le géant appelé Tancrède mangea les destriers. Eudes réussit à prendre les cordes attachées au cou des destriers et à en donner une à Audibert: ils attachèrent le géant avec. Mais, celui-ci, réussit à desserrer les liens. Ils prirent leur épées pleines de sang et le géant leur demanda pitié, ils ne le tuèrent finalement pas.


               Il faisait nuit et ils virent une petite maison dans laquelle ils entrèrent. Ils s’endormirent jusqu’au lendemain matin et ils reprirent leur chemin très tôt. Ils arrivèrent dans une forêt et virent des loups-garous s’avancer vers eux. Ils prirent leurs boucliers pour se protéger, leurs armures, leurs épées et tuèrent les loups-garous. Ils traversaient la forêt en toute tranquillité quand ils découvrirent un mot de la reine Diane de Mortelune qui lesappelait à l’aide. Ils coururent et arrivèrent devant les ravisseurs qui retenaient la reine, ils les combattirent et grâce à leurs boucliers et leurs épées, ils les tuèrent. Ils ramenèrent la reine au château et le roi leur donna une récompense.

 


 

FIN

 

Récit de chevalerie d'Océane 5e4

 

 

Récit de chevalerie d'Océane 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:33

 

Le chevalier Tristan de Morte lune se promenait dans la forêt en quête d'aventures. Il se baladait sur son cheval depuis longtemps déjà quand, tout à coup, Prince (c'était le nom de son cheval) hennit comme s'il avait vu la mort. Le chevalier se retrouva à terre en pleine forêt à moitié épuisé par son voyage. A force de marcher toujours tout droit, il rencontra une merveilleuse princesse attachée à un arbre.


Il était en train de la libérer quand,tout à coup,un dragon aussi grand qu'une montagne apparutet souffla une flamme si puissante que même un séisme ne l'éteindrait. Le courageux chevalier l'évita, dégaina son épée et la planta dans le coeur du dragon comme elle transpercerait du fromage. Le chevalier Tristan de Morte lune se mettait déjà en route pour le château car le temps jouait contre lui. Seuleune carte qu'il avait trouvéepar terre pouvait l'aider à retrouver son chemin : tout d'abord triompher du dragon sacré,ensuite traverser le marais maudit et enfin triompher des assaillants du château. Heureusement qu'il avait une lieue d'avance sur ses assaillants qui perdaient leur temps à attaquer les villages voisins.

A force d'avancer dans la même direction, il se retrouva les pieds dans la boue pouvant à peine marcher, sans la possibilité de retourner sur ses pas. A ce moment là on pouvait dire qu'il n'était pas en position favorable pour sauver la princesse. Je dirais même,qu'il aurait été sage qu'il fasse lui même sonpropre jugement dernier. Mais, soudain,il sentit quelque chose le tirer hors du marais maudit : c'était son cheval qui était revenu au galop et qui le tirait en dehors du marais.

Il se remit donc en route : il voyait très bien le château du roi d'où il était mais il était inquiété par l'armée de rebelles qui se dirigeait dangereusement en direction du même château. Il arriva en premier et essaya d'avertir le roi, en vain. déjà le château était assailli de toutes partS. Le courageux Tristan s'élanca et tua deux ennemis d'un coup mais un archer ennemi chercha à toucher le roi : Tristan s'élanca et se prit la flèche en plein ventre. Une fois la bataille gagnée par le roi, Tristan reçut des hommages et vécut heureux avec la fille unique du roi.

 

 

Récit de chevalerie de Nicolas 5e4

 

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:28

 

Le chevalier Yvain de Mondragon était téméraire et intelligent. Il était surnommé Yvain le Fier. Il combattait les méchants, quels qu'ils soient.

Ce jour-là, il traversait la forêt comme chaque matin, quand il croisa un chevalier qui était blessé à la jambe. Yvain le Fier alla l'aider mais, en galopant, il écrasa la jambe de celui-ci sans le vouloir ! Yvain le Fier le pria de l'excuser. Le Fier déchira sa tunique et attacha la jambe du chevalier blessé. Il lui demanda son nom. Le chevalier se nommait Alain Haufort. Yvain porta Alain et le déposa sur son cheval, Tonnerre. Mais, en l'installant, il écrasa le sabot de son cheval ! Il demanda à Alain où se situait son château et ils s'y rendirent. Le père d'Alain, Benoît Haufort, appela le médecin par l'intermédiaire d'un coursier en urgence.


Pour remercier Yvain le Fier, Benoît Haufort organisa une fête en son honneur à laquelle il invita tout le village. Pendant la fête, Yvain vit une jeune demoiselle qui l'attirait. Il alla lui parler, elle s'appelait Marie. Soudain, une servante cria dans la chambre de La Reine: « Madame où êtes-vous ? » Tous entendirent en même temps le cri d'une femme dans le jardin. Le Roi Benoît Haufort alla donc voir par la fenêtre et vociféra : « La Reine s'est fait enlever!!! » Sa Majesté demanda à Alain d'aller secourir La Reine mais les ravisseurs s'étaient sauvés. Yvain décida donc de secourir la Reine. Il exigea des armes au roi pour aller libérer la Reine Aude. Le Roi les lui donna.

Alain et Yvain montèrent à cheval. En montant, Yvain se coupa un doigt. Alain avait remarqué que les chevaux des ravisseurs avaient laissé des empreintes de sabots. Ils résolurent de suivre ces traces. Ils galopèrent en suivant les traces de sabots et passèrent devant une grotte. Yvain fredonna un air et il entendit aussitôt un grognement. Il avait réveillé LE DRAGON ! Le dragon attrapa Alain. Yvain sortit son épée mais elle se brisa en deux. Il prit alors son bouclier, esquiva les flammes du dragon, enfonça sa lance dans sa chair. Celui-ci mourut sur le coup et Alain fut délivré.

Les deux amis continuèrent de suivre les traces des chevaux jusqu'à la tombée de la nuit. A ce moment, Alain vit une chaîne de montagne cachée par les nuages. Yvain, quant à lui, vit sur une des montagnes une cabane, en conséquence il prévint Alain. Les chevaux ne parvinrent pas à monter avec leurs chevaliers. Les deux amis descendirent donc à terre et gravirent la montagne à pied accompagnés de leurs étalons. Ils arrivèrent devant la porte de la cabane et cognèrent. Elle s'ouvrit et un GEANT apparut sur le seuil de la porte. Celui-ci attrapa les deux chevaliers. Le Géant attacha les chevaliers à l'aide d'une corde et prépara des légumes! Yvain avait gardé le bout de son épée. Il s'aida de ce bout pour couper la corde et parvint à dénouer la corde d'Alain. Puis ils réussirent à s'échapper. Les deux chevaliers prirent en main leurs chevaux et galopèrent.


A l'aube, ils se réveillèrent et retrouvèrent les traces des chevaux. Les deux amis aperçurent une autre cabane dans laquelle ils distinguèrent la Reine et ses ravisseurs. Yvain dit à Alain de faire diversion en faisant le bouffon pendant quil irait délivrer la Reine. Ils se donnèrent rendez-vous à la cabane du Géant. Alain frappa à la porte, un des ravisseurs ouvrit. Alain commença ses bouffonneries. Ils le firent entrer. Il s'empara de sacs contenant des écus qui étaient sur la table et s'échappa. Les ravisseurs partirent à sa poursuite. Essoufflé, Alain se réfugia dans un tronc d'arbre. Yvain réussit à libérer la Reine. Il quitta les lieux. Les ravisseurs arrivèrent à leur cabane et découvrirent le disparition de la Reine. La Reine et Yvain, de leur côté, rejoignirent Alain, qui avait réussi à s'échapper du tronc d'arbre, à la cabane du Géant. Ils réussirent à retrouver leur chemin et galopèrent vers le château du roi Haufort en prenant soin de placer la Reine confortablement à l'arrière du cheval d'Alain.


Le roi fut très heureux de retrouver son épouse. Il organisa une fête pour célébrer les retrouvailles de sa famille et pour glorifier la bravoure d'Yvain le Fier. Mais comme il avait encore été assez maladroit durant cette aventure on le surnomma désormais « Yvain le Maladroit de Mondragon » !

 

Récit de chevalerie de Kanitan 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:25

             

                Un jour, un chevalier du nom de Bartélémy traversa plusieurs villages sur son fidèle destrier blanc pour se rendre au château du lac. Là, une foule l'attendait pour festoyer en son honneur. Les invités étaient tous des nobles ou des fils de riche famille, le buffet était imposant. Le roi était assis en bout de table pour montrer qui avait le pouvoir.

         Le chevalier avait fait preuve de courage en sauvant de nombreuses femmes qui étaient en danger et d'endurance en restant sans boire ni manger pendant plusieurs jours. Par ailleurs, il était curieux et rien ne lui échappait. Il avait cependant un léger défaut: il était un peu maladroit en sauvant les dames !

         Un homme, paniqué, entra pendant le dîner et annonça à tous que la reine avait été enlevée. Le roi pâlit. Bartelemy le Brave proposa son aide et il choisit un compagnon qui l'accompagnerait pendant ses épreuves. Benoît le Troubadour semblait convenir. Il lui prêta un destrier et tous deux se mirent en route. Ils étaient armés chacun d'une épée tranchante et d'une énorme hache, sans compter l'équipement habituel. Benoît prit plusieurs chemins, Bartélémy le suivit jusqu'à une montagne qui semblait infiniment haute.

         Un magicien qui gardait la montagne les transporta de l'autre côté de la montagne. Derrière, il y avait un lac gardé par un géant que Bartélémy ne tarda pas à éliminer. Le chemin n'était plus très long. Un pont apparut à l'horizon au bout duquel une dame leur indiqua le chemin et leur dit que la reine venait de passer. Ils la remercièrent puis continuèrent leur chemin. Ils sauvèrent finalement la reine et le roi leur offrit une très grosse récompense.

 

Récit de chevalerie d'Hanissa 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:09

 

C'est l'histoire d'un preux chevalier nommé Eragon d'Hurlevent dont tous les hommes étaient jaloux car on devine qu'il était très beau et modeste.‭ ‬Un brave homme comme lui daurait dû avoir une femme mais il n'en n'avait point car sa seule amie était la route.‭ ‬Il se dirigeait à ce moment-là vers le château d'Askelad pour se rendre à‭  ‬une fête qui avait comme but d'innover la quête d'un vase spécial.‭ ‬De plus,‭ ‬le jeune homme voulait se faire remarquer auprès du roi.‭ ‬Mais il avait logiquement une longue route devant lui.‭ ‬Heureusement,‭ ‬avec‭  ‬l'aide de‭ «‬Tempête‭» ‬,‭ ‬son cheval,‭ ‬la route ne serait pas si longue que cela‭  ‬pour notre beau,‭ ‬grand,‭ ‬et brun chevalier.‭ ‬Son cheval était bien sûr très rapide.‭ ‬Il allait donc mettre une semaine.‭
Sur sa route,‭ ‬il dut faire halte à un village qui était situé non loin de là.‭ ‬Quand l'homme entra dans l'auberge du village,‭ ‬la fille de l'aubergiste vint l'accueillir et se pâma devant lui et ses beaux yeux bleus.‭ ‬Le gentil homme sut garder son sang-froid malgré la magnifique jeune femme qui se présentait devant lui‭ ‬.‭ ‬À peine arrivé il dut‭   ‬cependant déjà repartir mais il avait prit des provisions et de l'eau pour son cheval.‭ ‬Le chevalier allait maintenant continuer sa route.‭ ‬Mais avant d'aller au château,‭ ‬il devait se rendre aux pics du nord où se trouvait Félix son cher compagnon.‭ ‬Il l'avait laissé dans une forgerie car il avait été blessé lors d'une bataille.‭ ‬Eragon était fatigué et savait qu'il pouvait comptér sur son cheval pour se reposer et continuer sa route...

Quand le chevalier se réveilla,‭ ‬se trouvaient devant lui les pics du nord.‭ ‬Lorsqu’il voulut s’engager,‭ ‬un dragon aussi énorme qu'un dinosaure apparut devant lui.‭ ‬Ce dragon se présentait devant ce dernier comme s'il voulait combattre.‭ ‬Mais c’est Eragon qui fit le premier pas et s’élança vers le dragon en déguénant son épée.‭ ‬Malgré la rapidité de ce dernier,‭ ‬le dragon riposta en crachant des flammes.‭ ‬Eragon sut les éviter mais son épée n’était plus en état‭ ‬.Soudain‭ ‬...‭ ‬En espérant blesser le dragon il lança son arme‭ (‬ou ce qu’il en restait‭) ‬à la gueule de l’animal‭ ‬:‭ ‬il arriva à lui casser une dent‭ ! ‬Eragon se précipita pour aller la chercher tandis que le dragon criait souffrance et demandait pitié.‭ ‬Eragon pointa la dent au niveau du coup du dragon et‭ ‬....‭ ‬le trancha.‭ ‬Pour se remettre de ses émotions,‭ ‬Eragon se fit un feu pour manger‭ (‬peut-être le dragon‭ ?) ‬et ensuite dormir....A l’aube,‭ ‬lorsqu’il se réveilla‭ ‬,‭ ‬il reprit la route.‭ ‬Après une demi journée de route,‭ ‬il arriva à la forge polaire,‭ ‬où se trouvait son ami Félix.‭ ‬Le jeune forgeron qui l’accueilla se nommait Gauvain.‭ ‬Mais ils se connaissaient déjà assez bien car il étaient en fait frères...‭ ‬Notre héros prit sa commande pour de nouvelles armes‭ ‬:‭ ‬un bouclier‭ (‬on avait volé le sien lors d’une bataille‭)‬,‭ ‬une épée et une dague.‭ ‬Cela allait donc mettre trois jours.‭ ‬Eragon était fort pressé‭ (‬car il été en fait attendu à Askelad pour une fête en l’honneur du vase sacré...‭) ‬et,‭ ‬une fois prêt,‭ ‬se mit en route en rangeant son épée,‭ ‬en enfourchant son bouclier et en confiant sa dague à Félix qui était en fait un faucon.‭ ‬Il dit donc au revoir et reprit la route.‭
Sur son chemin il dut encore s’arrêter mais pas pour manger ou quelque chose du genre‭ ‬:‭ ‬cette fois-‭ ‬ci,‭ ‬c'était parce qu'une troupe de brigands lui bloquait la route et protestait‭ ‬:‭ « ‬Mort au roi‭ ! ‬rebellion,‭ ‬mort au‭ ...‭ » ‬Et c’est là que les ennemis déguénèrent leur épée.‭ ‬Eragon fit de même,‭ ‬en criant‭ « ‬Pour le roi‭ !!! »‬La bataille commença‭ !‬Tous les hommes furent massacrés excepté‭ ‬:‭ ‬un.‭ ‬Eragon le laissa en vie pour lui demander qui les commandait.‭ ‬L‭'‬homme paniqué répondit‭ ‬:‭ «‬Hugues‭ »‬,‭ ‬mais avant même d’avoir fini,‭ ‬l’homme s’en alla vers le pont qui se trouvait non loin de là et qui était en direction d’Askelad.‭ ‬Eragon ne voulut pas le poursuivre,‭ ‬il était trop occupé à contempler sa‭ nouvelle épée.‭ ‬Soudain‭ ‬...‭ « ‬aïe‭ ! »‬...‭ ‬c'était Eragon qui avait touché une plaie qu’il s’était fait lors du combat avec les brigands...‭ ‬Sa blessure se trouvait au niveau du mollet mais cela ne l’empêchait pas de marcher car nous avons un très grand chevalier.‭ ‬Se trouvait donc devant lui le long et majestueux pont en direction d’Askelad.‭ « ‬En avant‭ » ‬cria Eragon,‭ ‬très perspicace‭! ‬Il traversa le long pont qui était en fait très long,‭ ‬très très long...Arrivé au bout du pont,‭ ‬on pouvait voir un magnifique château et c’était bien sûr Askelad.

A l’entrée,‭ ‬se trouvait un grand nombre de gardes qui le firent entrer sur le champ car il était bien connu dans tout le pays...‭ « ‬Bienvenu à toi,‭ ‬Eragon d’Hurlevent‭ » ‬annonça le roi accompagné du reste de la cour et des autres invités...‭ ‬Eragon,‭ ‬surpris de cette accueil,‭ ‬vint s’asseoir autour du festin‭ (‬préparé par les cuisiniers du château‭) ‬au côté du roi.‭ ‬Le roi tenait beaucoup au fait de présentait à Eragon son bras droit‭  ‬:‭ ‬Hugues de Montaigu...‭ « ‬Enchanté‭ » ‬dit Hugues.‭ « ‬Et moi de même‭» ‬répondit Eragon...‭ ‬Mais c'est lorsque le duc de Montaigu regarda Eragon bizarrement qu’il se souvint des brigands‭ ‬:‭ ‬Hugues... oui c’était bien ce qu’il avait dit.‭ ‬Autour de cette table mangeaient Eragon,‭ ‬le roi,‭ ‬ses barons‭ (‬la cours royale‭)‬,‭ ‬et bien sûr‭ « ‬le duc‭ » ‬car c’est comme cela que l’on surnommait‭  ‬Hugue de Montaigu...‭ ‬Qui n’était pas là pour longtemps‭ ‬: il dut sortir de table avant même d’avoir fini son assiette‭ ‬...‭ ‬Eragon fit de même mais pour apporter à son cheval des provisions et de l’eau.‭ ‬Et c’est lorque Eragon s’apprêta à retourner à table qu'il entendit des voix‭  ‬et se cacha aussitôt.‭ ‬C’étaient le duc et des barons du royaume qui projetaient d’assassiner le roi le lendemain soir...‭ ‬Eragon ne sut que faire à part,‭ ‬bien sûr,‭ ‬lui lancer un défi mais cela‭  ‬mettait en danger le titre du roi car s'il perdait,‭ ‬le duc prendrait sa‭  ‬place...‭ ‬Mais c’est tout de même ce qu’il fit‭ ‬.‭ « ‬Je te défie,‭ ‬au nom du roi et de moi même‭ !!! » ‬protesta Eragon...‭ ‬Le duc,‭ ‬fort surpris,‭ ‬mit du temps à analyser la scène‭ ‬:‭ ‬il était en train de discuter avec les barons lorsqu’Eragon apparut pour lui lancer ce défi...‭ ‬il avait donc entendu leur discussion.‭ ‬Ils se fixèrent un rendez vous à l’aube.‭ ‬L’info fit le tour du château en très peu de temps...‭ ‬Et c’est donc au petit matin qu’ils se rendirent à l’arène entouré d'un‭ « ‬public‭ »‬.‭ ‬Eragon se lança le premier mais son ennemi fort agile esquiva...‭ ‬et riposta au mollet...au mollet déjà blessé...‭ ‬Pour ne pas prendre d’autre coup,‭ ‬Eragon s’élança à l’opposé de ce‭
dernier malgré son mollet...‭ ‬Ils continuèrent donc à combattre‭ ‬.‭ ‬Mais c’est lorsque le duc relâcha son attention‭ (‬à cause d’un faucon qui passait par là‭) ‬qu'Eragon en profita pour lui trancher la gorge d’un coup sec‭ !!! « ‬Hourra‭ ! ‬Hourra‭ ! » ‬criait la cour...car le duc n‭’ ‬était pas très apprécié.‭ ‬Soudain,‭ ‬les barons du château-‭ ‬ils étaient six-‭ ‬lui sautèrent dessus en lui enlevant son épée mais,‭ ‬heureusement,‭ ‬son ami‭ « Faucon‭ » ‬nommé Félix lui envoya la dague.‭ ‬L’ennemi était disposé de façon à ce qu’Eragon puisse passer entre eux en faisant des zig-zags.‭ ‬Et c'est ce qu’il fit,‭ ‬mais personne ne comprit pourquoi.‭ ‬Tous les hommes tombèrent finalement d’un coup‭ ‬:‭ ‬Eragon étant très agile à la dague,‭ ‬il put passer entre eux en les abattant sur le champ...en leur coupant leur tête...

 

Eragon,‭ ‬épuisé par cette bataille,‭ ‬s’écroula...‭ ‬Les gens crièrent tous victoire et longue vie‭  ‬au roi‭ ! ‬Eragon,‭ ‬fier de lui,‭ ‬et il le pouvait,‭ ‬se releva malgré lui et fit de même‭ ‬:‭ « ‬Longue vie au roi,‭ ‬Victoire,‭ ‬longue vie au‭ ‬...‭ » ‬Et ce fut la fin de la longue épopée de notre HEROS que bien d'autres aventures attendaient......

 

 

FIN

 

Récit de chevalerie d'Enzo 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:05

 

Je vais vous raconter l’histoire du chevalier Bernier Fiercaste, surnommé Dent de Loup.


Ce chevalier gagnait de nombreux tournois et faisait tourner la tête des gentes dames. Un jour, il se rendit dans un petit village pour aller à un nouveau tournoi avec son cheval Rapido. Sur sa route, il s’arrêta car son cheval s’était blessé. Il rencontra alors un chevalier qui lui proposa d’aller à Versailles .


En entrant dans Versailles, il apprit qu’une fête aurait lieu, donc il décida d’y rester plusieurs jours. Il alla à la fête et vit que l’ambiance était bonne, mais au moment où les musiciens allaient jouer, un messager annonça à l’assistance que la reine avait été enlevée. Avant de se lancer à la poursuite du ravisseur, il prépara son équipement.


Au moment où il sortit de la fête, un chien le poursuivit sans raison, il décida de l’adopter et de l’appeler Bobi. De longues heures passèrent. Un peu plus tard, Bobi pensa avoir trouvé la piste du ravisseur. Ils arrivèrent au pied d’une montage aussi grande que le Mont-Blanc. Bernier Fiercaste voulut la contourner le plus rapidement possible ce qui lui fit en fait perdre un temps fou.


A la suite de cela, Bernier Fiercaste vit surgir au loin un dragon qui n’avait plus vu de chair depuis au moins cent ans. Bernier Fiercaste prit son épée et se lança, mais le dragon ne sentait presque rien. C’est alors que Bobi surgit, lui mordit la queue et la chair. Le dragon se mit à genou, affaibli, et Bernier Fiercaste lui coupa la tête dont il fit des brochettes pour la nuit.


Le lendemain, ils repartirent à la recherche de la reine mais ils surprirent aussitôt une troupe de brigands qui voulaient voler leur argent. Bernier Fiercaste prit ses lances, les jeta en plein dans le mille et acheva le travail avec des coups d’épée, puis ils reprirent leur route.


A un bon kilomètre de là, ils virent un château et surent aussitôt que la reine était là. Ils rentrèrent dans le château et virent le ravisseur. Là, une lutte acharnée commença. Bernier Fiercaste délivra la reine.


La reine, Bernier Fiercaste et son chien revinrent au château de Versailles. Finalement, Bernier Fiercaste continua la route qu’il devait prendre avec son chien Bobi et son cheval Rapido



fin

 

Récit de chevalerie de David 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:04

           

              C'était un chevalier d'un grand courage qui était réputé pour son intelligence et aussi pour sa force.... Il était très mignon et avait toutes les filles à ses pieds. Il s'appelait Lancelot de Clairefontaine, surnommé le Brave. Il avait pour mission d'aller au château de Martelune. Il devait traverser la forêt de la mort des crocodiles...


              Après avoir survécu aux obstacles de la mort, il se dirigea vers le château de Martelune où une fête l'attendait. Bien sûr, à cette fête, il n'y avait que des femmes qui se jetèrent toutes sur lui. Et les fiancés des femmes était tous très jaloux. Donc eux aussi se jetèrent sur lui en le frappant! Lancelot réussit à s'échapper et se dirigea vers l'endroit du château où il devait recevoir une mission du seigneur Bertrand. Le seigneur lui expliqua sa mission concernant la reine Héloïse la Sage qui avait été capturée par un dragon et une sorcière. Lancelot, sortit du château avec une épée, un bouclier et de la poudre magique Il était accompagné de son meilleur ami qui était lui aussi chevalier: il s'appelait Savari de la Combe aux Cerfs, surnommé le Bon.

              Ils firent la route ensemble et virent, tout à coup, au sommet d'une montagne, une femme vêtue d'une robe et d'une couronne magnifiques. Ils crurent que c'était Héloise.Ils montèrent sur la montagne et crièrent en même temps: «HELOISE». Ils allaient enfin pouvoir la délivrer. Après avoir tué les membres du comité d'accueil qui les attendaient là, ils durent affronter la sorcière et le dragon qui moururent grâce à la poudre magique et à l'épée. La reine avait donc été délivrée grâce à Lancelot et Savari.

              Dans tous les contes de fée, la princesse donne un baiser au chevalier mais, là, comme ils étaient deux, elle fit une exception!

FIN

Récit de chevalerie de Christelle 5e4

 

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:00

 

Raoul de Boutefeu, un preux chevalier, venait de se faire adouber. Il partit en suivant son destin équipé d’un écu, d’une épée, et d’un heaume. Il était accompagné d’un chien nommé Lancelot.


 

               Il trottait sur son cheval et poursuivait son chemin pour retrouver la dame donc la fille du roi quand, soudain, il passa un pont et se fit attaquer par des brigands. Ils se débattirent, lui et son chien. Ils remportèrent la victoire et reprirent leur chemin.


 

       Enfin dix lieues plus tard , il trouva les ravisseurs de la Dame, il se battit, et au final il ressortit vainqueur avec un bras en moins. Il repartit avec la Dame en direction du château du Roi. Il se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

 

FIN

 

 Récit de chevalerie de Bilal 5e4

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 11:54

             

             Un jour, le roi convoqua au château Merlin du Lac pour qu'il devienne chevalier. Pendant la cérémonie d'adoubement, il reçut une épée, un écu et des éperons, ainsi qu'un destrier. Il fit le serment de combattre le mal et d'aider les faibles. Puis, il sortit du château sur son destrier. Tout le monde cria: "Vive le chevalier Merlin du Lac le Jeune."Le jeune chevalier s'appelait Merlin du Lac mais les gens lui donnaient le surnom de "Le Jeune". Le jeune chevalier avait en effet à peine seize ans. Il se distinguait des autres par ses yeux bleus et ses longs cheveux blonds. Le jeune chevalier était de même très poli avec les gens et sympathisait très rapidement avec tout le monde, même avec les animaux et les monstres, car il était plutôt amical et sympathique.

             Sur son destrier blanc, il rentra chez lui. Il mit son destrier dans l'écurie qui se situait à côté de sa maison. Quand il ouvrit la porte, sa chienne Artémise lui sauta dessus pour lui souhaiter un bon retour.

 

             Le lendemain matin, le roi le convoqua au château pour qu'il participe à un tournoi et Merlin accepta cet honneur. Il gagna le tournoi assez facilement. Il sortit de l'arène sur son destrier et les jeunes demoiselles le trouvèrent fort beau. Il rentra chez lui très heureux d’avoir gagné le tournoi et alla se coucher. Une rumeur circula dans tout le royaume qu’il était un fort et intelligent chevalier, rumeur qui parvint jusqu’au seigneur Jean de Clairefontaine le Bon. Celui-ci décida d’organiser une fête en l’honneur du chevalier Merlin du Lac.
             Le lendemain matin, quand Merlin sortit, il vit un messager qui lui donna une lettre de la part de seigneur Jean de Clairefontaine le Bon. Merlin ouvrit la lettre : dedans, il y avait une invitation pour une fête en son honneur qui se déroulerait au château de Belleforest. Il prit sa chienne Artémise et son destrier blanc puis il partit pour le château de Belleforest. Quelques heures après, il arriva au château. Il fut accueilli par le seigneur Jean lui-même qui était très heureux de sa venue. Après avoir salué et parlé un peu avec le seigneur, Merlin alla discuter avec les autres invités et visita le château. Le soir, le seigneur organisa un festin avec de la musique. Lorsque la fête prit fin, un messager arriva au château et annonça à l’assistance que la reine Blanche avait été enlevée. Alors, Merlin rentra rapidement au château du roi pour demander s'il pouvait lui aussi partir à la poursuite des ravisseurs de la reine et le roi accepta. Merlin rassembla les informations nécessaires pour poursuive les ravisseurs et alla chez lui pour mieux s’équiper. Il prit desaffaires assez légères : de l’eau, de la nourriture, son épée, un écu et un arc avec des flèches. Il dessina une carte d’après ses informations et partit sur son destrier blanc, accompagné de sa fidèle chienne.

             Après quelques jours de route, il tomba dans une embuscade mais grâce à sa chienne, il réussit facilement à éliminer ceux qui lui avaient tendu ce piège. Il reprit donc la route jusqu'à ce qu'il vît une montagne qu’il dut traverser. Cela lui prit plusieurs jours pour traverser la montagne mais quand il la descendit, il vit une auberge. Alors il décida de s'y reposer. Il attacha son destrier devant l’auberge et entra avec sa chienne Artémise. Il commanda à manger et à boire pour sa chienne et pour lui-même. Il loua une chambre pour la nuit mais sa chienne ne faisait pas confiance à l’aubergiste. L’aubergiste était l’un des ravisseurs de la reine mais Merlin ne le savait pas. Ensuite, quand Merlin eut fini de manger, il alla dans la chambre qu’il avait louée pour se coucher. En pleine nuit, l’aubergiste prit un couteau et alla poignarder Merlin. En fait, l’aubergiste poignarda Merlin qu’il croyait au lit alors que Merlin était caché à côté de la porte et quand l’aubergiste enfonça le couteau dans le lit, Merlin surgit devant l’aubergiste et lui donna un coup de poing dans le ventre. Aussitôt, l’aubergiste s’évanouit. Lorsque il revint à lui, Merlin lui posa des questions mais l’aubergiste refusa d’y répondre et se donna la mort. Alors, Merlin alla se recoucher.

             A son réveil, notre chevalier prit des vivres et reprit la route. Après quelques jours de route, il vit une rivière à laquelle il s'arrêta pour s'hydrater puis il reprit la route. Alors qu’il était presque arrivé à destination, une troupe de brigands l’attaqua mais Merlin réussit à les battre. Arrivé finalement au repaire des ravisseurs, Artémise fit savoir à Merlin qu’il y avait une dizaine d’hommes. Merlin savait que s'il attaquait directement les ravisseurs, il n’aurait aucune chance de gagner. Alors, il décida d'insatller quelques pièges et quand il eut fini son ouvrage, il fit du bruit. Quelques ravisseurs sortirent pour savoir d’où provenait ce bruit et tombèrent dans les pièges. Merlin profita de cette occasion pour pénétrer dans le repaire des ravisseurs car il n’en restait que la moitié. Le jeune chevalier les battit facilement avec l’aide d'Artémise et délivra la reine Blanche, qu’il ramena au château du roi.

             Le lendemain, le roi le convoqua pour lui remettre une médaille d’or et une fête fut organisée en son honneur.


FIN

 

Récit de chevalerie par Caroline 5e4